Diet Plaisir | Et si cela venait de mon intestin ? – Le microbiote intestinal, essentiel au bien être
15730
post-template-default,single,single-post,postid-15730,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive
 

Et si cela venait de mon intestin ? – Le microbiote intestinal, essentiel au bien être

Et si cela venait de mon intestin ? – Le microbiote intestinal, essentiel au bien être

A la découverte du microbiote intestinal

Le microbiote intestinal, appelé autrefois « flore intestinale », est composé de quelques 100 000 milliards de bactéries, soit 10 fois plus que le nombre de nos cellules. Il est aujourd’hui considéré comme un véritable organe.

Tout débute à la naissance…

Lors de l’accouchement par les voies naturelles, s’établit la flore de naissance, principalement d’origine maternelle. Puis sous l’influence de l’alimentation lactée, la respiration, l’environnement, la « colonisation » continue. C’est avec la diversification alimentaire que la composition de la flore augmente à la fois en diversité et richesse pour se stabiliser vers l’âge de 3 ans. Des modifications auront lieu lors des changements hormonaux (puberté, grossesse, ménopause). Avec l’âge la composition semble devenir moins diverse.

Chaque microbiote est unique, un peu comme une empreinte digitale !

3 grands groupes bactériens sont présents chez tous les individus. Cependant près de 80% des espèces dominantes du microbiote d’un individu lui sont propres. Ainsi, chaque être humain est unique au regard du microbiote qu’il héberge. A souligner aussi la grande stabilité du microbiote dominant.

 

1 à 2 kg : c’est le poids du microbiote

(+ lourd que le cerveau)

+ 1 millier d’espèce différentes chez l’humain adulte

Attention, fragile !

Aujourd’hui de nombreux facteurs (antiobio/anti-inflammatoire, stress, alimentation inadaptée, toxines, polluants, additifs alimentaires…, ménopause, alcool, sport intensif, infections bactériennes) déséquilibrent le microbiote intestinal : on parle de dysbiose.

Cette rupture d’équilibre perturbe les fonctions du microbiote et conduit au « syndrome de l’intestin qui fuit » : « le ciment » qui assure l’étanchéité des cellules de l’intestin est détruit en partie et l’intestin laisse passer des substances (ou germes, composés bactériens) éliminées dans la circulations sanguine, mettant l’organisme en état d’inflammation chronique, conduisant à l’apparition ou au maintien de problème (fatigue, inconforts intestinaux, ballonnements, transit accéléré ou ralenti, terrain allergique, fringales, stress, surcharge pondérale…)

No Comments

Post A Comment